Mot du recteur

Pr. MAHMOUT YAYA
Recteur de l'université

recteur

« l’Université de Moundou ne recule pas devant les choix qui s’imposent à elle »

Etablissement pluridisciplinaire, l’Université de Moundou ne recule pas devant les choix qui s’imposent à elle, dans le respect de cette pluridisciplinarité que nous considérons comme une chance aujourd’hui, au moment où la formation et l’insertion professionnelle de nos étudiants exigent toujours plus d’interdisciplinarité et de polyvalence..

Retrouver nous sur Facebook


Facebook
Atélier de relecture et de validation des offres

Les techniciens de l’université de Moundou organisent depuis le 16 décembre un atelier dit de renforcement des acités institutionnelles. Un cadre d’échange élargi à d’autres partenaires pour « la relecture et validation des offres de la formation à l’université de Moundou ». Outre les enseignants de l’université de Moundou, les partenaires des différents secteurs prennent aussi part à ces assises de cinq jours.

Après plusieurs années de vie, l’université de Moundou fruit de l’institut universitaire polytechnique de Moundou (IUTPM), se veut une certaine reforme. Comme les universités au monde, celle de Moundou est depuis lors plongée dans le LMD, Licence-Master-Doctorat. Mais son application pose problème d’où certains disfonctionnement. Il faut donc revoir les offres de formation pour répondre à certaines exigences, précise le vice recteur chargé des enseignements Docteur Kadjangaba Edith, en charge de l’organisation de ce forum. Pour elle, la finalité est de présenter une bonne visibilité des profils de formation, faciliter plus de change aux diplômés pur l’emploi.

Le recteur de l’université insiste aussi sur les défis à relever : le rendement interne des facultés, faible en général car victime d’un sureffectif accablant, réduire le taux d’échecs bien criant chaque année. Ce qui estime le Professeur Mahamoud Yaya nécessite la redéfinition des procédures pré et post baccalauréat pour rapprocher de manière efficace les établissements et le marché de l’emploi. Selon lui, la relecture des offres de formation s’inscrit dans la logique d’un débat de société qui réunit aujourd’hui autour de la même table l’enseignant, l’apprenant et l’employeur.

Conséquence de ces assises, le recteur sous-tend que l’université de Moundou doit désormais faire acquérir aux étudiants trois types de compétences. Les compétences générales communes à tous les programmes d’où, les notions de citoyenneté, l’ouverture au monde travail et à l’environnement national et international, les technologies de l’information et de la communication, la connaissance des langues courantes utilisés dans le monde. Il y a aussi les compétences générales propres à chaque programme qui s’appuient sur les disciplines intrinsèques et en fin les compétences spécifiques liées aux fonctions de travail de chaque formation.

Plusieurs exposés débats seront au centre des discussions de ces cinq jours de travaux. Deux grands thèmes sont donc retenus. « Les offres des formations dans le système LMD » et « l’assurance qualité de l’enseignement supérieure : évaluation d’une offre de formation selon le référentiel CAMES ». Ces thèmes de débat sont pour le gouverneur Ahmadaye Al-Hassan Baba, qui a ouvert les travaux dudit atelier bien judicieux pour un renouveau à l’UDM et pour la promotion de l’excellence dans le système éducatif tchadien.